Christian Xiberras : De la F2 à la Rallye 3

Christian-XiberrasAvec ses cousins Gérard et José, Christian Xiberras formait une tribu de pilotes marseillais dont on retrouvait souvent les noms dans les pages d’Echappement, durant les années 70 et 80. Rencontre avec un « jeune » pilote de 71 ans, toujours aussi passionné et actif.

Propos recueillis par Philippe Carles – Photo Patrick Jean /Archives Echappement

Echappement Classic : D’abord, pouvez-vous nous expliquer l’origine de votre nom de famille, vraiment peu commun ?
Christian Xiberras : Mes arrière-grands parents étaient maltais. Ils ont émigré en Algérie lors de la colonisation française. Je suis né et j’ai grandi là-bas, puis au début des années 60, avec la guerre d’Algérie, toute notre famille est rentrée en France.

Y avait-il déjà une passion de l’automobile chez les Xiberras ?
Mes oncles et mon père adoraient la course automobile, mais ils n’ont jamais eu les moyens de courir. Les seuls qui sont passés de l’autre côté de la barrière sont mes deux cousins, issus de deux oncles différents, José et Gérard, ainsi que moi-même. Quand j’étais jeune, j’allais voir le départ de la Coupe des Alpes, dans la Sainte-Baume, avec ma mobylette bleue, puis j’ai passé mon permis de conduire en 1964, à 19 ans. Et avec les copains, on allait faire les cons dans le col de la Gineste (rires). Ensuite, je me suis engagé à la course de côte de Ceyreste, en 1965, avec une Dauphine Gordini… presque de série.

Ce n’était pas encore vos fameux protos…
Non, mais très vite cette Dauphine Gordini a été équipée d’un moteur 1300 et d’une boîte à cinq rapports. Quant à mon cousin José, il a modifié une 4 CV, en la surbaissant. A l’époque, c’était assez facile de construire son propre proto avec ces bases Renault.

Est-ce que vous pensiez alors faire carrière dans le sport automobile ?
Pas du tout, cependant en 1970, l’ouverture du circuit Paul Ricard a modifié pas mal de trajectoires de certains pilotes marseillais. Avant, le circuit était inconnu chez nous, à part la toute petite piste de La Malle, entre Aix et Marseille, où j’allais rouler avec ma Dauphine. Sur le circuit Paul Ricard, en payant 100 francs, on pouvait tourner toute la journée. Le Directeur du circuit, François Chevalier, m’a remarqué, et il m’a convoqué dans son bureau. Moi, j’étais un vrai minot, et je me demandais bien pourquoi on voulait me voir. Est-ce que j’avais fait une bêtise ? Non, en fait François m’a expliqué : « Je t’ai regardé rouler, tu conduis pas mal. Je te conseille de t’inscrire à la prochaine course, et on verra ce qu’on peut faire pour toi. » Bref, je prends le départ de cette course avec ma Dauphine, je remporte ma catégorie et François m’invite à suivre les cours de l’école de pilotage qui venait d’ouvrir. Comme j’étais mécanicien, je gagnais à peine de quoi vivre : il a fallu que je vende ma Dauphine pour payer l’inscription et les cours. En confidence, on peut dire maintenant que François me faisait souvent demi-tarif pour les sessions d’entraînement. Finalement, j’accède aux demi-finales, puis à la finale où je me retrouve en compagnie de Patrick Tambay, Gérard Camilli, et Jean-Claude Sola. Le jour de la finale, je dois dire que j’étais un peu perdu, très angoissé aussi, et j’ai mal conduit. Rien à dire du côté du chrono, je n’ai pas gagné ce premier Volant Elf, qu’a remporté Tambay, et je suis rentré à Marseille complètement désorienté, et de plus sans voiture pour courir, puisque je l’avais vendue pour payer l’école.

Vous avez quand même pu rebondir…
J’ai quitté mon boulot de mécano, et je suis devenu représentant en pièces automobiles. Je faisais des tournées dans la région avec un break 404, un job qui m’a occupé pendant dix ans. Comme je connaissais bien le milieu marseillais de la course, j’ai quand même pu courir de temps en temps avec des autos qu’on me prêtait, notamment une Alpine A110 1600 S, ainsi qu’une Toyota Celica 1600 qui appartenait à Pierre Damaz…

 

Retrouver l’intégralité de l’interview, dans Echappement Classic n°75 en vente en kiosque ou en ligne sur hommell-magazines.com

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.